• Actions Collectives Nationales - FAFIEC

    L’OPCA des métiers du numérique, études, conseil et évènement


    Des formations bénéficiant de prises en charge
    jusqu’à 100 % des frais pédagogiques par le FAFIEC.

     

    Retrouvez l’ensemble des formations IPTIC financées par le Fafiec dans le cadre des actions collectives.

    Adhérents Fafiec, vous pouvez en bénéficier. Cliquez & découvrez les modalités !

    Pour qui ?

    Tous les salariés peuvent en bénéficier (sauf les dirigeants non-salariés).

    Découvrez les possibilités de financement selon la taille de votre entreprise :

     

    Ce financement est indépendant de votre budget « Plan de formation »

    Rappel Important :

    La demande de prise en charge (formulaire spécifique disponible sur le site web du FAFIEC doit parvenir avant le début du stage.

    Références FAFIEC à rappeler pour toute demande : attention, n’omettez pas de préciser la référence FAFIEC associée à chaque action collective et type de module. Vous les trouverez indiquées dans chacune des pages filières décrites.

    Enfin, pour faciliter votre demande de prise en charge, le FAFIEC a mis en place un système de soumission de dossiers en ligne, qui vous permet de gagner du temps dans le traitement des dossiers. Pensez-y !

     

  • Compte personnel de formation (CPF)

    Quid du Compte Personnel de Formation (CPF) ?

    Salarié ou à la recherche d’un emploi ? Avec le compte personnel de formation, vous disposez d’heures pour vous former tout au long de votre vie professionnelle. IPTIC Formation vous propose d’y voir plus clair dans ce dispositif !

    En quelques mots, voici ce qu’il faut retenir :

    Qu’est ce que le CPF ?

    Le CPF est né en 2014. La loi du 5 mars définit les conditions de sa mise en œuvre.
    Le Compte Personnel Formation vous permet d’acquérir des droits à la formation (heures CPF). Ces droits sont enregistrés dans un compte d’heures qui a la particularité de vous suivre tout au long de votre carrière professionnelle.
    · Avantage : vous pouvez ainsi vous former régulièrement en utilisant ces heures.
    Important : même en cas de changement de situation ou d’employeur, vous ne perdez jamais vos heures CPF.

    Avez-vous un CPF ?

    Toutes les personnes de 16 ans et plus bénéficient d’un Compte Personnel de Formation, jusqu’à ce qu’elles aient fait valoir l’ensemble de leurs droits à la retraite.
    Attention à ce jour : Les fonctionnaires, les contractuels de droit public et les travailleurs indépendants n’en bénéficient pas.

    Comment sont calculées les heures sur votre CPF ?

    Chaque année, votre compte est alimenté en fonction de votre activité salariée :

    • A temps complet, votre compte est alimenté à raison :
      • De 24 heures par an jusqu’à 120 heures,
      • Puis de 12 heures par an jusqu’à un maximum de 150 heures.
    • A temps partiel, les heures créditées sur votre compte sont calculées en fonction de votre temps de travail durant l’année.
    • A la recherche d’un emploi, vous disposez d’un compte personnel de formation contenant les heures acquises au titre de votre activité professionnelle. Profitez-en pour les utiliser et vous former en parallèle de votre recherche d’emploi.
    • En contrat de sécurisation professionnelle : attention, depuis le 1er avril 2015, votre formation, dans le cadre du CSP, a désormais pour obligation d’être éligible au CPF.

    Vos heures de formation acquises les années précédentes dans le cadre du DIF restent à votre crédit jusqu’au 31 décembre 2020.

    Pourquoi utiliser son CPF ?

    Rappel : l’objectif du CPF est de sécuriser votre parcours professionnel. Aussi vous pouvez l’utiliser pour :

    • Evoluer,
    • Vous reconvertir dans un autre domaine,
    • Valider ses acquis,
    • Faire reconnaitre vos compétences.
      La seule limite est que votre formation doit être éligible (cf. ci-dessous).

    Quelles sont les formations éligibles au CPF ?

    • Les formations qualifiantes ou certifiantes
    • L’accompagnement à la VAE (Validation des Acquis et de l’Expérience)
    • Les formations pour acquérir le socle commun de connaissances et de compétences

    La prise en charge via le CPF varie d’une branche à l’autre. N’hésitez pas à nous contacter pour vous assurez de l’éligibilité de votre formation.

    Où trouver les bonnes infos ?

    Visitez le site www.moncompteformation.gouv.fr, le site créé par le Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue.

    Vous y trouverez :

    • Le nombre d’heures CPF créditées sur votre compte,
    • Le solde de vos heures de DIF,
    • Les formations finançables,
    • Le dossier de formation à compléter pour toute demande.

    C’est ici que vous donnerez votre accord pour utiliser vos heures CPF pour financer votre formation.

  • CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

    Le contrat de professionnalisation est un CDD relevant du dispositif « Alternance ».

    Ce CDD est en général conclu à l’IPTIC pour une durée de 12 à 24 mois.

    Eligibilité et objectif :

    Les personnes âgées de 16 à 26 ans peuvent compléter leur formation initiale dans le cadre d’un contrat de professionnalisation.

    Spécificités et rémunérations :

    Le contrat de professionnalisation est :

    • Un CDD de 6 à 24 mois,
    • Une formation gratuite pour les jeunes et rémunérée,
    • Une rémunération en % du SMIC* conventionnel.

    *sauf accord de branche spécifique

     

    A partir de 26 ans, vous pouvez toujours effectuer une formation en contrat de professionnalisation, sous réserve que vous soyez demandeur d’emploi.

    Pour autant, sachez qu’il devient difficile de trouver un employeur à partir de 26 ans, le salaire d’un alternant « adulte » étant plus élevé.

    Les entreprises concernées :

    Toutes les entreprises assujetties au financement de la formation professionnelle continue, à l’exception de l’État, des collectivités territoriales et de leurs établissements publics à caractère administratif peuvent conclure des contrats de professionnalisation.

     

  • PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

    Les périodes de professionnalisation s’adressent aux salariés présents dans l’entreprise titulaires d’un CDI. Elles s’adressent également aux bénéficiaires d’un contrat à durée déterminée ou indéterminée conclu dans le cadre du nouveau « contrat unique d’insertion ».

    En contrat de professionnalisation, le salaire du collaborateur est maintenu.

    Les périodes de professionnalisation ont pour objet de favoriser, par des actions de formation alternant enseignements théoriques et pratiques, le maintien dans l’emploi des salariés en CDI (Contrat à Durée Indéterminée).

    Il est donc possible pour un salarié en CDI de préparer un Baccalauréat professionnel, un BTS , un Bac + 3 en alternance ou une « Formation Métiers ».

    La possibilité de suivre une formation dans le cadre d’une période de professionnalisation s’adresse aux catégories de salariés suivantes :

    • les salariés dont la qualification est insuffisante au regard de l’évolution des technologies et de l’organisation du travail ;
    • les salariés qui comptent 20 ans d’activité professionnelle ou âgés d’au moins 45 ans et disposant d’une ancienneté minimum d’un an de présence dans la dernière entreprise qui les emploie ;
    • les salariés qui envisagent la création ou la reprise d’une entreprise ;
    • les femmes qui reprennent une activité professionnelle après un congé de maternité ou aux hommes et aux femmes après un congé parental ;
    • les bénéficiaires de l’obligation d’emploi prévue à l’article L. 5212-13 du code du travail , notamment les travailleurs handicapés ;
    • les salariés bénéficiaires d’un contrat unique d’insertion (disposition en vigueur à compter du 1er janvier 2010).

     

  • FIF-PL

    Si vous êtes travailleur indépendant ou profession libérale, le FIF-PL (Fonds interprofessionnel de formation des professionnels libéraux) peut prendre en charge tout ou partie de votre formation.

    Le formulaire de demande de prise en charge doit être complété en ligne avant le dernier jour de formation.

    Seuls les coûts pédagogiques, y compris pour les formations à distance, sont remboursés, ce qui exclut les frais de repas, d’hôtel ou de transport. S’il s’agit de plusieurs formations, il est nécessaire de déposer une demande de prise en charge pour chacune d’entre elles.

    Dès lors que vous pouvez attester de votre inscription à l’URSSAF en tant que Professionnel Libéral, vous pouvez bénéficier d’une prise en charge du FIF-PL.

     

  • PLAN DE FORMATION

    Le plan de formation de l’entreprise est un projet d’actions de formation, pour l’année à venir, retenues par l’employeur pour les salariés en fonction de l’intérêt de l’entreprise et de ses orientations générales

    L’élaboration du plan est assurée par le chef d’entreprise, après consultation des représentants du personnel (Comité d’entreprise ou à défaut délégué du personnel).

     

    Le plan de formation peut comporter 3 catégories regroupant :

    Les actions visant à assurer l’adaptation du salarié au poste de travail

    Les actions liées à l’évolution des emplois ou participant au maintien dans l’emploi

    Les actions ayant pour objet le développement des compétences des salariés.

    Le plan peut aussi prévoir des actions de bilan de compétences et de validation des acquis de l’expérience et proposer des formations qui participent à la lutte contre l’illettrisme.

     

    L’adaptation au poste de travail

    Il s’agit d’actions qui ont pour objectif d’apporter au salarié des compétences qui sont directement utilisables dans le cadre des fonctions qu’il occupe.
    La formation se déroule intégralement sur le temps de travail et s’il y a des heures supplémentaires, elles sont payées aux taux légaux.

     

    L’adaptation au maintien ou à l’évolution des emplois

    Il s’agit d’actions qui visent à apporter des compétences non directement utilisables dans le cadre des fonctions du salarié au moment où il suit la formation mais qui permettent de prendre du recul par rapport à l’emploi afin de mieux évoluer dans l’emploi.

    La formation se déroule sur le temps de travail. Elle peut également se dérouler en dépassement d’horaire dans la limite de 50 heures par an et par salarié (4% du forfait pour le salarié soumis au forfait jour ou en heures). Un accord d’entreprise doit le prévoir ou il faut obtenir l’accord écrit et signé du salarié.

     

    Le développement des compétences

    Il s’agit d’actions qui visent à faire acquérir au salarié des compétences qui vont au-delà de sa qualification. Ces actions ont donc pour objet une évolution de la qualification professionnelle qu’il s’agisse d’un projet de promotion, de mobilité professionnelle, de reclassement …

    La formation se déroule pendant le temps de travail. Elle peut également se réaliser en hors temps de travail dans la limite de 80 heures par an et par salarié (5% du forfait pour les salariés sous forfait jours ou en heures). Il faut un engagement écrit et signé des deux parties définissant la nature des engagements souscrits par l’entreprise si le salarié suit la formation et satisfait aux évaluations prévues. De plus, il y a paiement d’une allocation formation égale à 50% du salaire net de référence.

     

  • VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (V.A.E)

    Qu’est-ce qu’une VAE ?

    La Validation des Acquis de l’Expérience permet de transformer de l’expérience acquise dans le cadre d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en diplôme, titre ou certification reconnus. La VAE est une démarche individuelle généralement entreprise par des personnes peu diplômées souhaitant faire reconnaître leur(s) savoir-faire et capitaliser sur ceux acquis.

    Elle peut ainsi augmenter les chances de trouver un emploi, ou permettre de se présenter à un concours, d’évoluer professionnellement, d’obtenir le niveau requis pour postuler à une formation ou le diplôme nécessaire à la création d’une entreprise. Parmi les conditions, il fallait jusqu’à présent justifier d’une expérience continue ou non de 3 ans en rapport avec le diplôme visé. Depuis le 1er janvier 2017 et dans le contexte de la Loi Travail, cette durée minimale d’activité est réduite à un an, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non.

    Qui peut faire une VAE ?

    Tous les publics peuvent réaliser une VAE : salariés (en CDI, CDD, intérimaires…), non-salariés (professions libérales, artisans, commerçants, exploitants agricoles, travailleurs indépendants), agents publics (titulaires ou non), demandeurs d’emploi (indemnisés ou non), bénévoles (dans une association ou un syndicat). Elle peut être réalisée à la demande de l’employeur ou du salarié. Les demandeurs d’emploi, en particulier les seniors, peuvent en bénéficier.

    A quels diplômes puis-je prétendre ?

    – Les diplômes ou titres professionnels délivrés par l’État,

    – Les diplômes délivrés au nom de l’État par un établissement d’enseignement supérieur,

    – Les certificats de qualification professionnelle de branche (aussi appelés CQP),

    – Les titres professionnels d’un organisme de formation consulaire ou privé.

    A noter que ces diplômes obtenus après un parcours en VAE ont exactement la même valeur que s’ils avaient été obtenus en dehors de la VAE en formation initiale, universitaire, en apprentissage, en formation continue… Actuellement, les certifications les plus demandées en VAE sont le CAP Petite Enfance, le diplôme d’Educateur Spécialisé et le BTS Assistant de Direction.

    Attention, si vous postulez à des diplômes différents, vous êtes limité(e) à 3 demandes de VAE.

    Combien cela va-t-il me coûter ?

    Le coût d’une VAE est variable, selon la certification que vous souhaitez obtenir, et selon l’établissement dans lequel vous faites votre parcours. Cependant, les frais d’inscription ou de dossier peuvent être pris en charge entièrement ou partiellement. Une VAE peut être financée par différents grands acteurs de la formation professionnelle ou votre employeur. Selon votre situation il faut vous adresser au service public de l’emploi si vous êtes demandeur d’emploi, au Fongecif ou à l’OPCA auquel cotise votre entreprise pour un congé VAE ou au Conseil régional si vous êtes salarié.